Panneaux de signalisation directionnelle cyclable

Fiche n° 138

Publication: 01 juillet 2021

1 Base réglementaire 

 

En Wallonie, les panneaux de signalisation directionnelle cyclable sont inspirés du signal F34b2 prévu par le Code de la route, mais se distinguent par l’utilisation d’un fond de couleur verte et de logos réactualisés des usagers. Ils n’ont pas de valeur réglementaire au sens du code la route.

L’utilisation de la couleur verte a fait l’objet d’une décision du Gouvernement wallon du 4 juillet 2013.

Il est à signaler que les panneaux F34b2 avec fond bleu déjà implantés sur toute une série d’itinéraires en Wallonie conservent leur valeur réglementaire. Les panneaux bleus seront progressivement remplacés par des panneaux sur fond vert.

Cette fiche ne traite pas du balisage des itinéraires à vocation touristique, tels que les réseaux cyclables à points-nœuds, qui font l’objet d’un chapitre du Code wallon du Tourisme.

 

Table des matières


2 Enjeux

 

La signalisation directionnelle cyclable est destinée à infor­mer les cyclistes de leur position et de l’itinéraire emprunté. Elle indique les destinations lointaines et proches, avec une mention de distance selon le cas, et prévient l’usager de la direction à suivre. Elle est positionnée sur toute la longueur de l’itinéraire et bien lisible dans les deux sens.

Elle a pour objectif de guider le cycliste vers des localités ou des lieux d’intérêts économique, social, culturel ou touristique.

Elle vise aussi à encourager la pratique du vélo et promouvoir et rendre visible les itinéraires cyclables internationaux, régionaux, communaux, ou encore intercommunaux.

 

Table des matières


3 Mise en œuvre

 

 

3.1. Le réseau cyclable

A l’instar du réseau d’itinéraires cyclables régionaux et internationaux de longue distance et du RAVeL, l’étape préliminaire à la pose de toute signalisation directionnelle est la définition du ou des itinéraires cyclables (inter-)communaux à signaler.

Soit la commune ou le gestionnaire du réseau cyclable dispose d’un réseau cyclable. Il peut alors rapidement définir les itinéraires présentant une bonne praticabilité et un bon niveau de sécurité et où une signalisation directionnelle peut être posée. La priorité sera donnée aux itinéraires se connectant aux itinéraires cyclables régionaux et internationaux et au RAVeL.

Soit la commune ou le gestionnaire du réseau cyclable ne dispose pas d’un tel réseau cyclable. Dans ce cas, il doit d’abord concevoir son réseau en tenant compte des itinéraires cyclables régionaux et internationaux prédéfinis, du RAVeL, des contraintes physiques de son territoire, des pôles générateurs de déplacements, de l’offre cyclable existante…

 

 

3.2. Les panneaux

 

3.2.1. Le type de panneau

 

Les panneaux doivent répondre aux prescriptions suivantes :

→ modèle type F34b2, mais avec un fond vert (référence couleur : Pantone 348c – équivalent RAL6024) ;
→ film rétro-réfléchissant de type II ;
→ fabriqué et posé selon les prescriptions du cahier des charges type Qualiroutes L.2 « Travaux de signalisation verticale ».

 

Les panneaux sont du type suivant (largeur * hauteur) :

Panneaux complets

Unidirectionnel
400 mm * 600 (ou 800) mm

Multidirectionnel
400 mm * 800 (ou 1000) mm

Diagrammatique
400 (ou 600) mm * 600 (ou 800)
Les panneaux simplifiés
200 mm * 400 mm

 

     

Lorsque l’itinéraire cyclable se superpose à un itinéraire cyclable régional ou international et/ou au RAVeL, une plaquette d’identification (400 mm * 150 à 300 mm) de ces derniers sera posée sous le panneau F34b2. Selon le cas, cette plaquette comprendra le logo de l’itinéraire concerné et/ou la mention « RAVeL » complétée du n° de la ligne ferroviaire ou du cours d’eau. Les indications type RAVeL 1, 2… ne sont plus autorisées.

            

 

Si la plaquette est posée sous un panneau F34b2 multidirectionnel, la flèche indiquant la direction pour suivre l’itinéraire cyclable régional, international et/ou RAVeL sera située juste au-dessus de la plaquette.

Si l’usager se dirige vers Aublain, il sort de l’itinéraire.
Cependant, s’il se dirige vers Chimay, il sera sur l’itinéraire régional 8 et sur la ligne 156.

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque l’itinéraire cyclable se superpose uniquement à un ou 2 itinéraires cyclables régional ou international, le logo identifiant ces itinéraires peut être indiqué sur le panneau F34b2.

    

Il est possible de télécharger les modèles des différents panneaux et les logos des itinéraires cyclables internationaux et régionaux et du RAVeL.

 

 

3.2.2. Le contenu du panneau

 

Panneau complet :

– le symbole « vélo » (accompagné éventuellement du symbole piéton et/ou cavalier dans le cas par exemple d’itinéraire empruntant le RAVeL ou une voie verte) ;
– une ou plusieurs destinations lointaines (hauteur des caractères de 49 mm) ;
– une ou plusieurs destinations proches (hauteur des caractères de 42 mm ) ;
– le cas échéant, la destination représentée par un symbole de la série S (ex : gare, piscine…) ;
– la ou les distance(s) (hauteur des caractères identiques à la destination, sauf pour la décimale qui a une hauteur de caractères de 35 mm);
– le numéro d’itinéraire s’il y a lieu ;
– une ou plusieurs flèches directionnelles ou un diagramme selon le cas.

 

Panneau simplifié :

– le symbole « vélo » ;
– au maximum : le (les) numéro(s) d’itinéraires s’il y a lieu ;
– et/ou un symbole de la série S (ex : gare, piscine…) ;
– une flèche directionnelle.

→ Le symbole « vélo »  sera orienté dans le sens de la flèche ou orienté à gauche en cas de flèche verticale ou de diagramme.

→ La destination sera indiquée uniquement si elle est atteignable par le cycliste via un itinéraire ou une succession d’itinéraires adapté(s) et dûment signalé(s). Dans le cas où le panneau renseigne plusieurs destinations, celles-ci seront indiquées de haut en bas, de la plus lointaine à la plus proche.

→ La destination lointaine correspond au pôle le plus proche tel que défini dans le cadre du Schéma Directeur Cyclable pour la Wallonie. Si aucun pôle n’est accessible par un itinéraire adapté au cycliste, on indiquera un ou des «pôle(s) de substitution» offrant le plus de ressources possibles. A défaut, la dernière localité ou le dernier « lieu de vie » atteignable par l’itinéraire.

→ La destination proche correspond à la prochaine localité (village, ville ou quartier d’une ville), ou le prochain lieu-dit important atteignable.

Si les noms à inscrire sont trop longs, on utilisera l’alphabet étroit ou les abréviations prévues par la Circulaire générale sur la Signalisation routière :

Grand-, Grande ► Gd, Gde
Saint, Sainte ► St, Ste
Sur ► s/
Sous ► /s
Notre-Dame ► N.D.
Petit-, Petite- ► Pt, Pte
Comte ► Cte, etc.
Un nom tel que Villers-le-Bouillet peut être inscrit sur deux lignes ou éventuellement abrégé Villers-le-B.

 

 Indication des distances :

→ Au minimum tous les 2 km et à tous les carrefours avec un autre itinéraire ou un axe cyclable potentiel ;
→ pour les destinations lointaines, on n’ajoute pas de décimale aux distances ;
→ pour les destinations proches, on ajoute une décimale aux distances à partir d’une distance inférieure à 5 km :

– à l’hm près jusqu’à 1.9 ;
– au demi-km près de 2.0 à 4.5 ;
– au km près à partir de 5.

Si la destination est une localité, on comptera la distance jusqu’au centre historique du noyau d’habitat (église, maison ou place communale).

 

3.2.3. La position des panneaux

 

On se référera aux dispositions prévues dans le code de la route, le code du gestionnaire et à quelques principes pour déterminer l’endroit exact où le panneau doit être placé.

De façon non exhaustive :

→ hauteur sous panneau de 2,20 m en agglomération et de 1,00 m hors agglomération (2,10 m conseillé hors agglomération si risque de vandalisme) ;
→ écarter le panneau du bord de la chaussée de telle manière qu’un espace de minimum 35 cm (50 cm si on est hors agglomération) soit dégagé entre le bord extérieur du panneau et le bord de la chaussée ;
→ laisser un cheminement libre dans la mesure du possible d’1,50 m, mais avec un minimum 1,20 m au droit du fût lors d’un placement sur trottoir ;
→ orienter le panneau de telle manière que le cycliste puisse l’apercevoir suffisamment tôt et anticiper ainsi la direction qu’il va suivre ;
→ vérifier que le panneau n’est pas masqué en amont par de la végétation (se mettre à la place du cycliste) ;
→ privilégier les zones où un éclairage public est présent ;
→ privilégier les endroits où un fût est déjà présent. Dans ce cas, on suivra les recommandations édictées dans la Fiche 297 – Cohabitation sur un même support de la signalisation directionnelle cyclable avec la signalisation de police;
→ hiérarchie des panneaux sur un même fût de haut en bas, et en fonction du type d’itinéraire à signaler :

– F34b2 avec fond vert identifiant les directions à suivre pour l’itinéraire principal ;
– Le cas échéant, plaquette d’identification de l’itinéraire suivant la même direction que le F34b2 ci-dessus ;
– F34b2 avec fond vert signalant un itinéraire (sortie par exemple) s’écartant du tracé de l’itinéraire principal.

 

→ une autorisation de placement auprès du gestionnaire de voirie (Région, commune, intercommunale, …) est requise.

Si malgré la prise en compte des recommandations, le placement de la signalisation n’est pas optimal pour le cycliste, l’information peut être complétée par un marquage au sol.

 

 

3.2.4. Les panneaux particuliers

 

Panneau de déviation ou d’itinéraire provisoire sur fond orange :

Il permet à l’usager de rejoindre la suite de l’itinéraire si celui-ci est interrompu provisoirement pour raison de chantier ou suite à la présence d’un obstacle quelconque.

Ce type de panneau est également utilisé pour signaler un itinéraire provisoire utilisé par son gestionnaire dans l’attente de l’aménagement d’un itinéraire définitif plus sécurisé.

Rappelons que la signalisation de chantier doit être revêtue d’un film de type III et qu’en vue de garantir la sécurité de la circulation dans le cadre d’un chantier, il y a lieu de respecter les dispositions prévues à l’Arrêté du Gouvernement wallon du 16/12/2020 relatif à la signalisation des chantiers et des obstacles sur la voie publique.

 

Panneau de signalisation d’une destination touristique sur fond brun

 

 

3.3. Le plan de signalisation à intégrer dans le cahier des charges

 

La fourniture et éventuellement la pose des panneaux par une entreprise privée nécessitent un marché public. Dans les clauses techniques, outre un exemple coté de panneau et de plaquette d’identification à reproduire, le maître d’ouvrage fournira le plan de signalisation directionnelle de l’itinéraire cyclable. Ce dernier détaille de manière précise la localisation, l’orientation ainsi que le contenu exact de chaque panneau à installer.

Il comprend :

– Une carte générale de l’itinéraire à signaler ;
– des cartes de localisation des carrefours à signaler ;
– une fiche d’identification pour chaque panneau.

 

La Direction des Déplacements doux et de la Sécurité des aménagements de voiries met à votre disposition :

– Un exemple de fiche d’identification au format Word.
– Des modèles PowerPoint vous permettant de composer chaque panneau et chaque plaquette d’identification.
– Un relevé des points d’attention en vue d’établir un plan de signalisation directionnelle.

Table des matières


 4 Sources et infos

 

Date de mise à jour

Aucune  

 

 

Une erreur? Une question? ⇒ C’est ici

Sources:

  • Signalisation Directionnelle sur le RAVeL – décembre 2009 – SPW et Chemins du Rail

  • Signalisation Directionnelle des itinéraires cyclables et voies vertes – Décembre 2015

 

Vers le lexique

Autour du même sujet:

Carrefours entre le RAVeL et le réseau routier motorisé

Mots-clés:

      1. Signalisation
      2. RAVeL

Avertissements

– La Direction des Espaces publics subsidiés tient à mentionner que la pose d’une signalisation directionnelle est une obligation dans le cadre des certains dossiers subsidiés (Mobilité active, Wallonie cyclable, …).

– Les prescriptions techniques (pour les travaux routiers effectués sur le réseau régional et pour les travaux routiers subsidiés effectués sur le réseau communal) se trouvent dans le document de référence : CCT – Chapitre L-2 (signalisation verticale)  – Chapitre L-4 (signalisation horizontale)

– Les informations publiées dans la Sécurothèque ( http://www.securotheque.be ) sont fournies à titre informatif. Sur le terrain, la réalisation des aménagements découle d’exigences spécifiques, examinées au cas par cas.

Table des matières