Dispositifs ralentisseurs : les rétrécissements (écluses)

Fiche n° 174

Mise à jour: 11 décembre 2018

Pour qui?

  • Tout véhicule motorisé

Pourquoi?

  • Pour modérer les vitesses
  • Souvent choisi car très efficace

où?

  • Sur les voiries limitées à 50 km/h
  • Principalement en agglomération et en entrée d’agglomération
  • Zone résidentielle, de rencontre, zone 30

Comment ?

  • Soit par un rétrécissement simple latéral ou central de la chaussée
  • Soit par un rétrécissement double

1 Qu’est-ce qu’un rétrécissement (une écluse) et quels sont les différents types de rétrécissements?

 

Un rétrécissement consiste en un resserrement d’une route à double sens (bidirectionnelle), transformée ponctuellement en une route ne comprenant plus qu’une seule voie.

Le fait de passer de deux voies à une seule voie de circulation va contraindre les véhicules à un passage alterné.  Ce type d’aménagement est aussi appelé une écluse.

Il est conçu en utilisant au moins un îlotPar « îlot » on entend « îlot directionnel » au sens de l’article 2.43.du code de la route : « Aménagement situé sur la chaussée destiné à canaliser la circulation des véhicules et constitué soit par un marquage, soit par une surélévation de la chaussée, soit par la combinaison des deux. » Cet aménagement peut être accompagné de potelets..

L’objectif principal est de modérer les vitesses.

Il existe deux catégories de rétrécissement, qui sont :

 

  • Le rétrécissement simple :

Latéral

Axial

Il impose une modification de trajectoire dans un seul sens.

Il impose une modification de trajectoire dans les deux sens.

 

  • Le rétrécissement double :

Il impose une modification de trajectoire dans les deux sens.

Il a la particularité d’avoir un effet double :

  • une modification de trajectoire vers la gauche,
  • puis un déport vers la droite.

Cela incite les usagers à ralentir même sans la présence de voiture en sens inverse.

Table des matières


2 Quels sont les avantages et inconvénients de ce dispositif ralentisseur ?

 

 Avantages

Inconvénients

Coût modéré

Mise en œuvre aisée

Faibles nuisances sonores

Moins agressif, pour les conducteurs, que les dispositifs surélevés

Il libère de l’espace pour les modes doux (piétons, cycliste)

Le passage des transports en commun et des poids lourds reste possible

Bien intégré dans le paysage

L’efficacité dépend du volume de trafic

En période hivernale et pour les opérations de déneigement, la modification du tracé de la route peut constituer un inconvénient

 

 

 

 

 

Table des matières


  3 Comment créer un rétrécissement ?

 

3.1. Recommandations générales

– Penser à la VISIBILITÉ et à la lisibilité

– Réduire les dangers propres à cet équipement : traiter les îlots

– Prendre en compte tous les usagers

  • La visibilité et la lisibilité de l’aménagement (de jour comme de nuit) doit être vérifiée.

Pour réaliser cette vérification, on assimile la distance de visibilité minimale à la distance d’arrêt d’un véhicule sur chaussée mouillée.

A partir d’un point d’observation en amont du rétrécissement, on s’assure que le conducteur détecte bien l’aménagement.

Implantation Distance de visibilité minimale

Entrée d’agglomération

 

 

En approche d’agglomération :

V = 90 km/h à 130 m
V = 70 km/h à 85 m

Au cœur de l’agglomération

V = 50 km/h à 45 m

Cas particulier: V = 70 km/h à 85 m

En zone 30 20 m
En zone de rencontre 15 m

Source : Certu, Guide des chicanes et écluses sur voiries urbaines (2012)

 

  • Puisque la circulation dans un rétrécissement est gérée en se fondant sur le principe de l’alternance (un seul sens de circulation à la fois), la visibilité réciproque des conducteurs est importante. Les conditions sont bonnes s’il n’y a, dans l’environnement général, pas de masque empêchant d’observer le mouvement des usagers venant en sens inverse.

 

  • La probabilité qu’un îlot soit heurté peut être diminuée en réalisant des aménagements ou en installant de l’éclairage.

 

→ La pose de plots rétroréfléchissants ou de balises est une première solution à envisager.

→ Hors agglomération, le marquage vibrant peut être une alternative intéressante.

 

  • Du point de vue de la sécurité, l’enjeu spécifique du rétrécissement consiste à réduire les vitesses. La mise en œuvre implique, toutefois, l’utilisation d’îlots à traiter comme des obstacles.

Afin de veiller à ce que ces îlots ne causent pas de dommages physiques aux usagers, il faut éviter les éléments verticaux agressifsBalises ou potelets non conformes à la norme NBN EN 12767 sur les îlots.

Par ailleurs, les angles saillants des bordures sont à proscrire et on optera plutôt pour des bords arrondis ou chanfreinés.

 

  • Enfin, il est nécessaire de prendre en compte tous les usagers.

→ Les piétons et PMR: Certains rétrécissements sont aménagés avec une avancée de trottoir.

 

→ Les cyclistes

– Si une piste cyclable existe de part et d’autre de l’aménagement, la continuité de cette piste cyclable apportera la sécurité nécessaire au cycliste.

– En l’absence de piste cyclable, quand la largeur du rétrécissement est d’au moins 2.5 m, il est recommandé de prévoir un aménagement cyclable spécifique.

Cas particulier : En zone 30, lorsque le rétrécissement est simple avec une longueur inférieure à 50 m, les cyclistes empruntent le rétrécissement, au même titre que les autres usagers de la route.

 

→ Les deux-roues motorisés (2RM)

– L’implantation d’obstacles agressifs sur les îlots, de même que les bordures hautes sont à proscrire.

– En se souciant de la visibilité réciproque des usagers, on pense notamment aux motocyclistes, que les conducteurs ne voient pas toujours arriver.

 

→ Les véhicules lourds et les transports exceptionnels

– L’installation de bordures franchissables ou d’éléments amovibles est possible, ce qui permet, dès lors, le passage des véhicules à grand gabarit et des transports exceptionnels.

– Si le rétrécissement est implanté sur une ligne fréquentée régulièrement par les transports en commun, il est recommandé de dimensionner l’aménagement en tenant compte de ce paramètre:

 

Source : Certu, Guide des chicanes et écluses sur voiries urbaines (2012)

 

 

3.2. Caractéristiques géométriques

 

Il n’y a aucune prescription légale pour ce dispositif. Il n’est donc pas possible de dégager des dimensions et normes types.

Par contre, le rétrécissement de la chaussée doit être étudié en fonction de l’objectif poursuivi :

  • L’espace doit être suffisant pour laisser passer un véhicule.
  • Il doit être réduit au point d’empêcher le passage de deux véhicules à la fois.

 

Les rétrécissements simples

Les paramètres à considérer pour garantir l’efficacité de l’aménagement sont :

  • Pas de pente empêchant de voir la trajectoire suivie par le véhicule venant en sens inverse
  • Prévoir un déport géométrique laissant une largeur de voie d’entrée de minimum 3 m (3.5 m, si c’est possible)

Rétrécissement latéral

Rétrécissement  axial

Le = Largeur de voie d’entrée = largeur d’une voie

Dg = Déport géométrique = 2/3 d’une voie (min. 2 m)

Dg ≥ 2/3 x Le

Le = Largeur de voie d’entrée = largeur d’une voie

Dg = Déport géométrique = ½ d’une voie (min. 1.5 m)

Dg ≥ ½ x Le

 

 

Les rétrécissements doubles

  • Dg = Déport géométrique = au moins une largeur de voie
  • Le = largeur de voie d’entrée (rétrécissement)  ≥ 3.5 m si on prévoit le passage de véhicules longs

Si la largeur est insuffisante (c’est-à-dire < 3.5 m), alors qu’il s’agit d’une voirie empruntée fréquemmentSelon le CERTU: → Pour les bus, au minimum 10 par sens et par jour. → Pour les camions, le trafic poids lourds > 5% du trafic total journalier. par des véhicules longs (poids lourds et bus), il y a lieu de prévoir des bordures basses.

  • D = inter-distance. 15 m ≤ D < 20 m entre les extrémités de l’îlotL’extrémité est le dernier point de chaque ilot, tangent à la trajectoire du véhicule..

D peut être diminué via la formule (17 – 2d) où d ≤ 1m

  • d = distance d’écartement entre les 2 rétrécissements. d ≤ 1m, le plus proche possible de 0 pour garantir l’effet modérateur des vitesses de l’aménagement
  • La largeur de la piste cyclable (ou de l’aménagement cyclable spécifique) est ≥ 1.3 m.

 

 

3.3. Implantation

 

Où implanter ?

  • Là où la réduction importante de vitesse est destinée à améliorer la sécurité, spécialement celle des piétons et des cyclistes
  • A l’entrée et à l’intérieur d’une agglomération
  • Occasionnellement hors agglomération, là où la vitesse est limitée à 50 km/h
  • En zone résidentielle, de rencontre et zone 30

 

Comment implanter?

Il peut être implanté seul ou être associé à une surélévation : coussin, plateau ou ralentisseur de trafic.

Toutefois, s’il est combiné avec un coussin, conformément à la circulaire du 3 mai 2002, ce ne peut être que 100 m à l’intérieur d’une agglomération ou d’une zone 50.

Exemple de rétrécissement associé à une surélévation

Table des matières


4 Comment signaler ?

 

Signalisation verticale

Il n’y a pas de réglementation concernant la signalisation des rétrécissements. Cependant, il est recommandé de les signaler de la façon suivante :

 

A distance

En position

Sur l’îlot

Rétrécissement
simple latéral

ou 

A7c               A7b

 

 

 

 

 

ou

D1

Si piste cyclable ou aménagement cyclable : prévoir l’additionnel M2

M2

Rétrécissement
simple axial

 

A7a

 

 

 

 

et 

 B19                  B21

 

 

 

ou

D1

Si piste cyclable ou aménagement cyclable : prévoir l’additionnel M2M2

Rétrécissement
double

 

A7a

 

 

 

 

et 

 B19                  B21

 

 

 

ou

D1

Si piste cyclable ou aménagement cyclable : prévoir l’additionnel M2M2

Lorsque le rétrécissement est accompagné d’une surélévation, il convient d’ajouter le signal adéquat suivant le type de surélévation.

Pour les coussins, il s’agit du signal A7a  accompagné d’un additionnel portant la mention «Dispositif ralentisseur ».

Pour les plateaux ainsi que les ralentisseurs de trafic, il s’agit du signal A14 .

 

 

Signalisation horizontale

Il n’y a pas de réglementation concernant le marquage lorsqu’on implante un rétrécissement.

  • S’il y a un îlot en saillie, il est conseillé que les bordures présentent un contraste de couleur avec la voirie, ce qui permet d’assurer une bonne visibilité, surtout de nuit.

Il est recommandé de décalerConcernant ce décalage, Il paraît difficile de donner une mesure précise : cela dépend de l’espace disponible. le marquage par rapport à l’îlot.

  • Afin d’améliorer la lisibilité du tracé et de bien faire ressortir qu’il va y avoir un changement de trajectoire, il est conseillé d’utiliser des stries en amont de l’aménagement.

En plus du marquage, la zone striée peut être balisée par de l’équipement fragilisé.

 

Un cas particulier : Dans les zones 30, résidentielles et de rencontre, signaler les aménagements n’est pas requis.  Si l’on constate un manque de visibilité ou de lisibilité du rétrécissement, il est préférable d’associer l’aménagement à du mobilier urbain, ce qui favorise, en outre, son intégration dans le paysage.

Table des matières


5 Sources et infos

 

 

 

Date de mise à jour

Aucune mise à jour

 

Une erreur? Une question? ⇒ C’est ici

Sources:

 

Vers le lexique

Autour du même sujet:

Les dispositifs ralentisseurs
Les coussins
Les dévoiements
Ralentisseur de trafic
Les plateaux

 Mots-clés:

    1. Dispositifs ralentisseurs
    2. Vitesse

 

Avertissement:

Les informations publiées dans la Sécurothèque ( http://www.securotheque.be ) sont fournies à titre informatif. Sur le terrain, la réalisation des aménagements découle d’exigences spécifiques, examinées au cas par cas.

Table des matières