Les chemins réservés en milieux urbain et périurbain

Fiche n° 260

Mise à jour: 15 mars 2017

Qu’entend-t-on par « chemins réservés » et comment les signaler


1 Législation et signalisation

 

« chemin réservé » : AR du 21 juillet 2016, MB du 09/09/2016.

Il s’agit de « chemin ou partie de la voie publique réservé à la circulation des piétons, cyclistes, cavaliers et conducteurs de speed pedelecs » dont le commencement est indiqué par le signal F99a ou F99b et dont la fin est indiquée par le signal F101a ou F101b » (Article 2.34. du code de la route).

F99a          F99b        F101a           F101b

 

Le « speed pedelec » se définit comme «tout véhicule à deux roues à pédales, à l’exception des cycles motorisés, dont l’assistance au pédalage permet d’atteindre 45km/h max., à moteur  électrique ou à combustion interne dont la puissance est inférieure à 4kw. Il est considéré comme un cyclomoteur classe B. » (article 2.17 3 du Code de la route). Le speed pedelec est représenté par la lettre « P ».

Table des matières


2 Signalisation

 

2.1. Utilisation :

  • Signalisation « RAVeL »
  • Signalisation d’un aménagement séparé longeant la voirie

Exemples :

                  

 

2.2. Usagers représentés sur les F99 / F101:

Les signaux F99 et F101 reprennent les symboles des catégories d’usagers autorisés à circuler sur ces chemins. Les véhicules prioritaires y sont admis lorsque la nature de leur mission le justifie (ambulance et pompiers)

D’autres usagers sont également admis, moyennant autorisation délivrée par le gestionnaire de ces chemins :

  • Les véhicules des riverains et leurs fournisseurs
  • les véhicules de surveillance, de contrôle et d’entretien
  • les véhicules affectés au ramassage des immondices

Le signal avec indice « a », indique que les usagers partagent le même espace.

F99a        F101a

Le signal avec indice « b » indique les parties du chemin dédiées aux différentes catégories d’usagers (articles 22quinquies 3 du Code de la route).  La séparation est matérialisée soit par un marquage, soit par l’utilisation de matériaux différents.

F99b      F101b

Le signal avec indice « c » n’est pas concerné dans cette fiche

F99c      F101c

Lorsque les véhicules agricoles peuvent emprunter le chemin réservé, c’est alors la signalisation  « F99c/F101c » qui est placée. Cette signalisation autorise l’accès aux véhicules qui se rendent ou viennent de parcelles établies le long de ces chemins.

Table des matières


  3 Règles d’application

 

  • Les jeux sont autorisés (article 22quinquies 2)
  • La séparation physique avec la voirie n’est pas nécessaire
  • L’utilisation du chemin réservé est recommandée mais non obligatoire (signal d’indication).
  • Le cheminement est bidirectionnel.
  • Les jeux sont autorisés (article 22quinquies 2)
  • La séparation physique avec la voirie n’est pas nécessaire
  • L’utilisation du chemin réservé est recommandée mais non obligatoire (signal d’indication)
  • Le cheminement est bidirectionnel.
  • En traversée de carrefour, il est recommandé de ne pas accorder la priorité à l’usager qui quitte le chemin réservé. Cette perte de priorité est matérialisée par le placement de la signalisation verticale B1 accompagnée du marquage au sol (triangles renversésIl s’agit d’une recommandation qui découle de l’expérience wallonne en matière de traversée RAVeL).

Table des matières


4 Recommandations

 

4.1. Généralités

Cette signalisation offre la possibilité d’indiquer des aménagements cyclables recommandés plutôt que des aménagements obligatoires.  En fonction de leur habilité, les cyclistes peuvent dès lors choisir l’infrastructure qui leur convient le mieux.

A priori, ces cheminements séparés du trafic routier sont surtout attractifs pour les cyclistes peu aguerris, les cyclistes rapides y compris les conducteurs de speed pedelec préférant rouler sur la chaussée s’ils jugent l’infrastructure peu adaptée à leur capacité/vitesse.

Si cette signalisation d’indication présente des avantages, son placement doit toujours être analysé pour éviter de voir apparaître des aménagements sous-dimensionnés.

Chaque situation doit donc être examinée au cas par cas en tenant compte notamment des flux d’usagers présents et attendus, c’est-à-dire les cyclistes mais aussi les piétons et du contexte dans lequel s’implante l’aménagement (bâti, présence d’arrêt de bus, de mobilier urbain, croisements, SULSens Unique Limité….).

Dans certains contextes, il conviendra de maintenir un cheminement obligatoire (par exemple signalé par un D7) afin de permettre aux cyclomoteurs Classe A de l’emprunter.

 

 

 

 

Dans ce cas, on peut utiliser le F99 et non le D7 afin de laisser le choix aux cyclistes rapides de rouler ou pas sur la voirie

 

 

4.2. Largeurs à respecter

Cet aménagement sera utilisé par les piétons et les cyclistes, voire dans certains cas par un seul de ces usagers. Dans le cas de cheminement mixte, on est amené à considérer non seulement l’espace nécessaire à chaque type d’usagers mais aussi celui nécessaire à leur cohabitation.

En fonction du contexte, les largeurs recommandées sont les suivantes :

F99a       Standard : 3,00m

Minimale : 2,00m

F99b      3,50m soit 2m pour les cyclistes et 1,50m pour les piétons.

En-dessous de 3,50m la signalisation F99a est préférable.

A ces valeurs, il ne faut pas oublier d’ajouter d’éventuels effet paroi et/ou zone tampon (voir la fiche « Points d’attention dans les aménagements cyclables »).

 

4.3. Contraintes spécifiques du statut bidirectionnel

Le chemin réservé est un aménagement bidirectionnel et une attention particulière doit être apportée aux points suivants :

  • largeurs disponibles idéalement sans obstacle ponctuel
  • aménagement des accès, qui sont désormais entrées et sorties, par des dispositifs de réinsertion des cyclistes, passage pour cyclistes et un traitement de plain-pied pour les piétons et les cyclistes.
  • signalisation verticale et horizontale des sens de circulation des cyclistes à hauteur des traversées (accès parking, etc.)

Modifier en « chemin réservé »  un aménagement existant de trottoir, trottoir traversant, trottoir partagé (D10) ou piste cyclable séparée ne peut se faire que dans le respect des recommandations susmentionnées.

 

4.4. Usagers

Les  vélos électriques et les vélos motorisés sont considérés comme des vélos et sont donc admis sur les chemins réservés (voir fiche « Vélos électriques »).

Par contre, les cyclomoteurs (classe A et classe B) y sont interdits à l’exception des speed pedelecs (cf chapitre 1) que le code de la route admet si le pictogramme adéquat est reproduit sur la signalisation.

L’intégration des speed pedelecs peut être un avantage pour les cyclistes quotidiens qui parcourent de grandes distances.  Toutefois, en milieu urbanisé, de par sa puissance et sa vitesse, il s’intégrera plus facilement dans le trafic automobile.

Dans tous les cas, il faut veiller à la bonne cohabitation d’usagers présentant des capacités différentes.  Le contexte doit être analysé pour éviter les conflits et d’éventuels accidents :

  • dimensionnement de l’aménagement
  • charges de piétons/cyclistes lents/cyclistes rapides
  • milieu urbanisé ou  non
  • etc

 

Le speed pedelec (cf chapitre 1) a la même apparence qu’un vélo classique ou à assistance électrique mais il s’agit bien d’un vélomoteur.  Il est d’ailleurs représenté comme tel sur les panneaux.

Ce symbole pourrait prêter à confusion et créer des problèmes de cohabitation, en laissant croire aux conducteurs de cyclomoteurs « classiques »  qu’ils peuvent emprunter ces chemins réservés.

 

4.5. Séparation physique entre les automobiles et les cyclistes

 Même si une séparation physique avec la circulation automobile n’est plus imposée, dans certains cas elle reste fortement conseillée.  Notamment pour sécuriser le chemin réservé lorsqu’il longe une voirie importante (vitesse élevée, trafic important, passage de poids lourds,…) mais aussi pour éviter le stationnement  (voir le guide « Quel aménagement choisir »).

Table des matières


5 Règlementation pour le placement de la signalisation

Le placement de la signalisation F99/F101 requiert un arrêté ministériel pour les voiries régionales et un règlement complémentaire de roulage pour les voiries communales pour lesquels la Direction de la Sécurité des Infrastructures Routières est compétente.

 La Direction des déplacements doux et des Partenariats communaux est à la disposition des communes, des gestionnaires de voiries, des auteurs de projets pour les aider dans l’élaboration de leurs projets.

 Table des matières


6 Sources et infos

 

 

Une erreur? Une question? ⇒ C’est ici

Sources:

Vers le lexique

Autour du même sujet:

Site cyclo-piétons
Points d’attention dans les aménagements cyclables
Traversée cyclables
Pistes cyclables séparées

Mots-clés:

    1. Cyclistes
    2. Piétons
    3. F99
    4. F101
    5. Vélos électriques

 

Avertissement:

Les informations publiées dans la Sécurothèque ( http://www.securotheque.be ) sont fournies à titre informatif. Sur le terrain, la réalisation des aménagements découle d’exigences spécifiques, examinées au cas par cas. 

Table des matières