Signalisation lumineuse de circulation : gestion des cyclistes

Fiche n° 192

Publication: 02 mars 2020

 

 

1 Grands principes

 

Qu’est-ce qui est susceptible de préoccuper le cycliste, à hauteur d’un carrefour à feux ?

 

  • Il veut avoir une bonne visibilité avant de s’engager au vert.
  • Il a besoin d’être vu,

⇒ d’échapper à l’angle mort des plus longs véhicules,
⇒d’être détecté par le conducteur circulant dans le même sens que lui et qui tourne à droite ainsi que par celui qui arrive en sens inverse pour tourner à gauche dans la même phase de vert.

  • Supposons qu’il approche d’un carrefour et remonte une file de véhicules à l’arrêt au feu rouge. Alors, sa perception du risque est liée à la largeur disponible.
  • Il souhaite trouver, à proximité du feu, une zone d’attente la plus sécurisante possible.
  • La présence de plusieurs bandes de circulation dans la configuration-même du carrefour s’accompagne d’interrogations sur la trajectoire (les mouvements) des véhicules qui, au feu vert, démarrent après lui.
  • Dans les carrefours complexes ou peu sécurisants, le cycliste peu aguerri met pied à terre et emprunte de préférence les passages pour piétons pour effectuer la traversée. Il a, alors, les mêmes attentes qu’un piéton.

 

C’est dans cette perspective que se développe l’examen de tout ce qui permet d’améliorer la sécurité et le confort du cycliste :

⇒Celui de la piste cyclable, s’il y en a une, mais pas seulement !
⇒En milieu urbain, il faut marquer des «zones avancées pour cyclistes », chaque fois que les critères de mise en œuvre sont réunis.

 

  • Le dimensionnement des bandes de circulation
  • Éventuellement, un revêtement coloré, utilisable pour attirer l’attention des conducteurs sur les zones de conflit (en l’occurrence les zones de la piste cyclable traversées par les véhicules qui changent de direction)
  • Un aménagement cyclable séparé ou une combinaison qui offre deux possibilités : l’une destinée aux cyclistes expérimentés, l’autre destinée aux cyclistes occasionnels ou débutants
  • Des solutions de régulation « sur mesure »
  • Elles sont possibles dans le cas d’un aménagement cyclable séparé ou d’une bande réservée à la fois aux transports en commun et aux cyclistes.
  • Des feux spéciaux avec un vert anticipé pour cyclistes ou un vert intégral pour cyclistes et piétons.
  • Le recours aux signaux B22 ou B23 (autorisation de franchir le feu rouge pour les cyclistes), en respectant certains critères de mise en œuvre.
  • L’aménagement d’îlots-refuges pour les traversées cyclo-piétonnes

Enfin, la présence d’un carrefour à feux représente un paramètre important pour celui qui s’interroge sur le choix du bon aménagement cyclable dans un contexte précis.

En effet, les pistes cyclables bidirectionnelles ne sont pas recommandées aux abords des carrefours à feux.  Une autre solution d’aménagement cyclable est alors préférable.

Table des matières


2 Analyse de cas

 

2.1. Une situation sans aménagement particulier en faveur des cyclistes OU avec une piste cyclable marquée à côté de la circulation générale

 

Ces deux possibilités sont gérées identiquement au niveau de la régulation : les cyclistes sont soumis aux mêmes feuxCeux qui sont situés à leur droite, sur base de l’article 61.4.1 du Code de la route. que la circulation générale.

 

 

2.2. Une zone avancée pour cyclistes (ZAC aussi appelée « sas vélo”)

 

 

 

Cette zone est tracée entre la ligne d’arrêt destinée au trafic général et les feux eux-mêmes. Conformément à l’article 19.5 du Code du gestionnaire, elle a une longueur minimale de 4 m.

Le principe est que le cycliste rejoint cette zone lorsque le feu est rouge. Elle peut nécessiterC’est le cas lorsque le feu concerné ne passe pas au vert sans appel, parce que la programmation a rendu certaines phases (ou toutes les phases) escamotables. une détection supplémentaire pour les deux-roues à l’arrêt dans le « sas vélo » (à l’aide de boucles, par exemple, dont il faudra étudier avec attention le positionnement).

 

Vu les nombreux avantages qu’il présente, ce type d’aménagement tend à se généraliser en milieu urbain.

 

  • Le cycliste y a une bonne vision du carrefour.
  • Il est lui-même bien visible.
  • Elle lui permet de se positionner clairement selon sa destination.
  • Lorsque le feu passe au vert, il démarre en premier.
  • Enfin, les zones avancées pour cyclistes ne pénalisent pas la capacité du carrefour, et au contraire, elles offrent une meilleure marge de manœuvre pour les longs véhicules.

 

 

Les conditions de sécurité à respecter sont les suivantes :

  1. Une largeur totale suffisante, sachant que la largeur minimale des bandes de circulation est de 2,60 m, marquage non compris (dans chaque sens) et qu’il faut ajouter 1,30 m pour la piste cyclable menant à la ZAC et 0,30 m pour la zone tampon.
  2. Une longueur minimale de 15 m pour cette piste cyclable.
  3. La pose du signal d’indication F14 ou bien du signal F13, à moins que la disposition des lieux ne le permette vraiment pas.
  4. Un carrefour équipé, de préférence, de « feux classiques ».

 

Il existe, en effet, un bémol : sans précautions particulières, la ZAC n’est pas recommandée avec des feux fléchés.

Risque
Lorsqu’on utilise ce type de feux, tous les mouvements n’ont pas le vert en même temps.

Lorsqu’un cycliste qui veut tourner à gauche longe le bord droit de la chaussée et voit un véhicule s’arrêter près de lui au feu rouge, il peut croire que toute la zone avancée pour cycliste est accessible et se faire percuter par un véhicule circulant sur la bande du tourne-à-gauche dont le feu serait vert.

Solution
Un itinéraire particulier via la voie transversale peut être envisagé.  Il faut alors y prévoir aussi une zone avancée pour cyclistes.

Dans une configuration avec plusieurs bandes de circulation, il reste possible de créer un « sas vélo ».  L’aménagement du carrefour entre alors dans la catégorie des cas particuliers.

 

 

2.3. Une piste cyclable séparée unidirectionnelle , sans espace intermédiaire permettant la pose d’un feu

 

La proximité par rapport à la chaussée fait que ce type de piste cyclable est analysé comme une piste cyclable marquée.

Tous les usagers sont soumis au même feu.  Il n’y a pas de gestion spécifique de la signalisation lumineuse tricolore elle-même, mais il convient d’analyser si les critères permettant la pose d’une signalisation B22 ou B23 sont rencontrés.

 

 

 

2.4. Une piste cyclable séparée unidirectionnelle D7, avec espace intermédiaire permettant la pose d’un feu

 

Le feu posé sur cet espace intermédiaire sera uniquement relatif à la route. La piste cyclable pourra passer à droite de ce feu et n’y sera pas soumise. C’est un autre feu (éventuellement cyclo-piéton) qui délivrera le message permettant de traverser ou non la route sécante.

 

 

2.5. Une piste bidirectionnelle contiguë à la route, sans espace intermédiaire permettant la pose d’un feu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce type d’aménagement (avec une piste cyclable séparée bidirectionnelle D7) est clairement déconseillé et difficile à gérer par des feux.

 

 

 

 

 

 

 

 

2.6. Une piste bidirectionnelle contiguë à la route, avec espace intermédiaire permettant la pose d’un feu

 

 

 

Piste bidirectionnelle et carrefour à feux sont difficilement combinables, en général.

Mais ce type d’aménagement n’est pas toujours évitable. Il peut s’agir d’une portion du RAVeL venant longer momentanément une route et qui s’en éloigne à nouveau du même côté un peu plus loin. Il peut s’agir d’une route le long de laquelle un espace disponible existe, d’un seul côté, où l’on peut offrir aux cyclistes et/ou aux piétons un lieu de circulation suffisamment large, ce qui ne se présente pas de l’autre côté…

Pour les cyclistes qui roulent du côté droit de la route, un feu sera placé à droite.

Pour les cyclistes du contresens, un feu éventuellement à lanternes cyclistes, sera placé à leur droite.

 

Exemple-type où il n’y a pas d’espace de stockage pour le véhicule tournant à gauche et marquant l’arrêt pour permettre au cycliste d’effectuer sa traversée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.7. Un Sens Unique Limité (SUL ou contresens cyclable)

 

 

Si le SUL débouche sur un carrefour à feux, le cycliste doit y trouver un feuCe peut être, par exemple, un feu avec lanternes de base, multidirectionnelles, pour cyclistes., placé sur le trottoir de droite.

Le choix du système de détection doit alors faire l’objet d’une attention particulière.

 

 

Table des matières


  3 Sources et infos

 

 

Date de mise à jour

Aucune

Une erreur? Une question? ⇒ C’est ici

Sources:

  • néant

 

Vers le lexique

Autour du même sujet:

Les détecteurs
Le tourne à gauche
Le contrôleur de trafic
La matrice de sécurité
Comment calculer la capacité d’un carrefour à feux

 Mots-clés:

    1. Feux

 

Avertissement:

Les informations publiées dans la Sécurothèque ( http://www.securotheque.be ) sont fournies à titre informatif. Sur le terrain, la réalisation des aménagements découle d’exigences spécifiques, examinées au cas par cas.

Table des matières